Okami

De Wiki GDC
Aller à : navigation, rechercher

Okami est un jeu d'action/aventure sorti sur Wii et PS2, souvent comparé à Zelda, il se permet même d'être supérieur à ce dernier d'après plusieurs membres de GDC tels que The_Laskon, LastMan, Tosheros, Lynka, Kabegami -Saiyajin-.ou encore SpiritFox

Description générale

Okami est un véritable hommage à la culture japonaise. Pas le Japon hypé où on se complaît à regarder des jeunes filles nues et rebondies se faire tringler par des tentacules géantes, mais le Japon antique, son shintoïsme, ses mythes, ses coutumes ... le jeu s'en inspire tant qu'on retrouve des références aussi bien dans les boss que chez les PNJs n'ayant aucun vrai rapport avec l'intrigue principale. Celle-ci conte les aventures d'Amaterasu, déesse réincarnée en loup au moment-même où le Japon semblait s'enfoncer dans les ténèbres éternelles apportées par le réveil d'Orochi, un dragon octocéphale. Basiquement, le but est d'aller foutre une rouste à une horde de démons malfaisants, mais le tout est ponctué d'une série d'évènements variés et épiques.

Il adopte un style graphique particulier, inspiré des estampes japonaises, et non un cel shading identique à Wind Waker comme aiment le dire les anti-Zeldas. Okami peut aussi compter sur le pinceau céleste, un outil qui permet de tracer des pictogrammes qui déclenchent un pouvoir : un cercle sectionné d'un trait fait apparaître une bombe, une droite sur un arbre le coupe en deux, une spirale déclenche une bourrasque, etc. Contrairement aux objets d'un Zelda, il n'est pas nécessaire d'avoir une structure spéciale pour s'en servir et toutes les techniques peuvent être utilisées en combat contre les yokaï, souvent faibles, mais ce système a le mérite de nous laisser les geler avant de les rôtir à feu doux, puis de les trancher en deux, avant de pisser sur ce qu'il reste.

Le jeu peut aussi compter sur un level design de très bon niveau, qui, sans étroniser les donjons d'un Zelda, marque par ses décors variés et son rythme de jeu qui va crescendo jusqu'à l'apothéose que constitue la fin du jeu.

Points communs avec Zelda

  • Il s'agit d'un jeu d'aventure où il faut voyager à travers tout un pays (le Nippon d'antan) pour accomplir des tas de quêtes et finir des donjons, où on progresse à mesure qu'on récupère des pouvoirs.
  • Il y a un loup. Ne riez pas, certains fanboys deg' ont jusqu'à été dire que Okami s'était directement inspiré de Zelda Tiep'(alors que le jeu est sorti un an plus tot et a été dévoilé avant Zelda TéPé mais bon... ) .
  • Le héros (ou plutôt l'héroïne) ne s'exprime pas et est accompagnée d'une bestiole casse-couille qui donne des indices toutes les deux minutes.

Pourquoi il étronise Zelda

  • Le rythme de jeu augmente sans cesse et le rend toujours plus haletant et épique, et n'est ni haché ni découpé artificiellement comme le fait d'habitude Zelda.
  • L'équipement est remplacé par le pinceau céleste, avec lequel on peut faire ce qu'on veut quand on veut (enfin, c'est ce que les niais croient), y compris tester les réactions des PNJs d'habitude amorphes dans Zelda.
  • Il y a une pléthore de personnages attachants qui donnent régulièrement des quêtes annexes. Malgré ses 30 heures en ligne droite, Okami culmine alors facilement à 60 heures.
  • Le scénario est de très bon niveau malgré des dialogues un peu longuets. Et puis Amaterasu est quand même plus expressive que cet autiste de Link ...

Pourquoi pas ...

  • Les donjons sont bien sympas mais beaucoup moins complexes et longs que ceux d'un Zelda, quel qu'il soit. Sauf Phantom Hourglass.
  • Le début est très chiant, si bien que cet étron d'Abdel n'y a même pas joué plus d'une heure.
  • Le jeu est globalement plus court : environ 30 heures, contre un peu plus de 40 pour Zelda (en ligne droite).



C'est super poêtique, mais ça se ressent pas sur un screen.



"J´ai fini aujourd´hui ce qui est ni plus ni moins le meilleur jeu de toute la génération 128 bits, et peut-être même le meilleur jeu tout court. "

                                                           - Tosheros