ChronoThéâtre

From Wiki GDC
Jump to: navigation, search

An de grâce deux mille quinze, l'ère est aux faquins et aux roublards. Depuis bientôt un an et demi, un topic réunissant les plus grosses crapules du royaume divise la communauté jusque dans son élite dirigeante. Les têtes n'en finissent plus de tomber. Soudain, c'est le lock.
Sur un texte original de RisesRises

Acte II, scène I
Seigneur Dreamboum, Prince Jiraiya

Seigneur Dreamboum
Moi qui en bon soldat ai travaillé si dur
Pour nettoyer les TALCs et toutes les bavures;
Moi qui ai tant trimé, appris le japonais,
Voilà doncque comment je puis être traité ?

Prince Jiraiya
Le rêve a éclaté, petit Napoléon !
À force de maudire, d'opérer en félon,
Imbu et méprisant, déchu, haineux, ballot,
Il est maintenant temps d'avoir ton Waterlow !

Acte III, scène 4
Frigide Luffy, Valet Clad

Frigide Luffy
Est-ce donc un délit de ne point supporter,
À la vue et au nez de toute la contrée,
Que deux hommes s'embrassent, que notre honneur défassent ?
"ChronoCross, ChronoCrasse", rien qui me concernasse !

ValetClad
Mille excuses Frigide, j'approuve ta passion,
Mais il faut réfléchir sans précipitation,
Ces gros dégénérés, il faut les ménager...
Pardon ! Mes chers biquets... je vous suis obligé !

Acte III, scène 5
Valet Clad, Prince Jiraiya

Valet Clad
Princesse ô ma princesse, ce pays de cocagne
Risque de disparaître - la peur, l'effroi me gagnent !
N'est-il pas suicidaire de déchaîner l'enfer ?
Défier Yoshi et Poutch, et même Luffyfer !

Prince Jiraiya
Sois fort et plein de joie, prie le Dieu Nvidia,
Quand le zoo mourra, qui sonnera le glas ?
Ta 980 te montre le chemin :
Nous ! Les humbles bergers de tous ces fifrelins.

Acte IV, scène finale
Seigneur Dreamboum

Seigneur Dreamboum
(il installe un tabouret Louis XVI au centre de la scène, puis regarde l'horizon)
Ai-je démérité, de GDC l'énarque,
Vanté pour ses éclats, aimé pour ses victoires
Et en ce triste jour je m'arrête de boire :
Me voilà soul déjà, mais ni Demon ni Dark.
Mon boul s'est détaché, qu'il vive maintenant !
Ma Sainte-Hélène à moi, elle s'appelle Blabla
Des neutres de surcroit, mais pas de Jiraiya :
De nulle désormais, je ne suis lieutenant.
Ni blanc ni noir mais gris, ainsi qu'un Gears of War,
Ainsi je dois mourir, tel Kojima je pars.
Ne craignez rien mes frères, ne pleurez pas mes doux,
Du fond de mes ténèbres, je penserai à vous.

Il tombe.